La peur, un moteur efficace ?

01 mai 2018

Dès 1990, le premier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) établit scientifiquement la réalité des changements climatiques et s’accorde sur la forte probabilité de la responsabilité des activités humaines. Mais, il faut attendre la COP21, en 2015, pour que ces constatations commencent à trouver un écho sérieux.

  Dès 1990, le premier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) établit scientifiquement la réalité des changements climatiques et s’accorde sur la forte probabilité de la responsabilité des activités humaines. Mais, il faut attendre la COP21, en 2015, pour que ces constatations commencent à trouver un écho sérieux. Deux choses expliquent ce changement d’attitude : des prévisions encore plus pessimistes, avec des conséquences déjà graves aujourd’hui,...
Article réservé aux abonnés - Pour vous abonner : cliquez ici
Robin SAUTTER,
pasteur à Romans

Commentaires